06/09/2014

L'AMERICANISATION

L'AMERICANISATION !

 

La Russie est sortie d'un système de terreur en 1990 sans une guerre civile. dans le calme. Il faut beaucoup de temps pour instaurer une vraie démocratie, les mentalités doivent changer, lentement.

 

Les révolutions n'apportent jamais des progrès sans des grandes catastrophes humanitaires. Et encore....

 

Les USA poussent des jeunes à créer des révolutions dans les pays de l'est pour imposer dans le monde entier leur politique désastreuse. 

Si une révolution s'organise en Russie un bain de sang est assuré ! Et ensuite ?

 

REGARDEZ ET ECOUTEZ !

 

https://www.youtube.com/watch?v=VJBO_f2J-cQ

21/04/2009

CH.BEER EN VIDEO SUR LA TDG

MON INDIGNATION EST TOTALE

Les propos de CH. Beer sur le site de la TDG (vidéo)

 

Je suis choquée, outrée et terriblement affligée que les Genevois aient pu élire un jour un ministre de l’éducation socialiste qui se donne le droit de déformer à outrance une initiative. Il s’agit, vous l’aurez compris, de l’IN 134 !

A la question du journaliste de la TDG sur les changements à effectuer au Cycle d’Orientation si l’IN 134 passe, M. Ch. Beer répond qu’il faudrait introduire dès la première année du CO des sections et niveaux et trier donc les élèves jusqu’à entrevoir 7 ou 8 possibilités. Il ajoute qu’il faudra également construire de nouveaux bâtiments.

Je m’arrête ici, car ces affirmations dès le début de cette pub sont tellement monstrueuses et inacceptables … que je ne trouve pas les mots justes pour exprimer mon écœurement.

L’Initiative 134 prévoit 4 niveaux de pré orientation en 7ème, et une année de transition pour les enfants non promus de l’école primaire, pour essayer de les mettre à niveau.

 

Si Ch. Beer parle de 7 à 8 possibilités, il pense vraisemblablement au classes d’accueil, atelier et relais qui existent depuis toujours et qui existent également dans le contre-projet.

Il y aurait des nouveaux bâtiments à construire. Pourquoi n’en fait-il pas une démonstration avec des chiffres ? Tout simplement parce que c’est faux !

M. Ch. Beer essaie-t-il à nouveau de tromper le citoyen ? Le Tribunal Administratif a annulé la votation du 30 novembre parce que la page 18 dans la brochure de votation contenait des contre-vérités au sujet de l’IN 134.

Où allons-nous dans cette république ? Est-il encore possible de débattre à Genève avec « fairness » ?

 

 

19/03/2009

UN PEU MOINS D'ARROGANCE SVP !

« L’ARROGANCE ALLEMANDE »

Le ministre allemand de la finance Steinbrück fait partie de ces allemands qui se croient tout permis.

(si vous maîtrisez l’allemand, lisez la lettre ci-dessous, vous allez vous régaler !)

Werter Genosse Steinbrück

Ich verfolge die deutsche Politik mit grossem Interesse, lebe ich doch in dem kleinen Schurkenstaat am Südrand der Bundesrepublik. Sie haben ja jüngst für ein wenig Unruhe gesorgt, als Sie die Schweiz leicht undifferenziert angegriffen haben. Ich bin zwar längstens nicht einig mit Ihnen, habe jedoch eine gewisse Sympathie für Menschen, die deutliche Aussagen machen. Bei dem schon fast pathologischen Harmoniebedürfnis in der öffentlich-politischen Schweiz sind deutliche Aussagen generell erfrischend und wünschenswert.

Aber da gibt es das eine oder andere klitzekleine Problemchen. Es ist bespielsweise ein wenig dümmlich so zu argumentieren, als ob das schweizer Bankgeheimnis noch Wasserdicht und für die deutsche Finanzmisere mitverantwortlich wäre - da wurden Sie wohl falsch informiert oder Sie haben schlicht zu wenig sorgfältig nachgelesen. Dann wären da die Gewerkschaften, die in Deutschland deutlich über ihre eigentliche Existenzberechtigung hinaus Einfluss nehmen auf eine Art und Weise, die man getrost als wirtschaftsschädlich bezeichnen kann. Dann wäre da das selbst von gewieften Experten als unsäglich kompliziert titulierte deutsche Steuerrecht, dass offenbar von niemandem so richtig verstanden wird und teilweise sehr unfair zu sein scheint. Dann wären, last but not least, noch die EU-Gesetze zu erwähnen, an denen Deutschland eifrig mitgearbeitet hat, die einen 5-Nasen-Betrieb dazu zwingen eine Person alleine für den ganzen Bürokratiescheiss abzustellen. Effizient ist anders.

Dies, werter Genosse, sind allesamt sehr triftige Gründe, warum in Deutschland die Kacke dermassen am dampfen ist. Einen direkten Zusammenhang mit der Schweiz kann ich da noch nicht erkennen. So gesehen haben Sie mit ihren Angriffen ein bisschen in der eigenen Küche rumgeballert.

Natürlich sind Schweizerlinge auch keine Engel, man hat hierzulande viel zu lange nicht genau genug hingesehen, wenn die berühmten Geldkoffer nach Zürich, Genf oder Bern gebracht wurden. Andererseits gibt es hier mittlerweile und bereits seit Jahren eines der strengsten Geldwäschereigesetze auf der Welt, was man vielleicht auch in Betracht ziehen sollte. Und, um endlich auf des Pudels Kern zu kommen: Wenn Ihnen, werter Genosse, die guten Steuerzahler dermassen abhanden kommen, dann kann es nur daran liegen, dass anderswo steuerlich bessere und - vor allem - gerechtere Bedingungen herschen. Wenn Sie aber in einem Anfall von fehlender Selbstreflektion die Schweiz in einen Topf mit Despoten und Schurkenstaaten werfen, dann haftet ihnen sofort der Makel des undifferenzierten Lautsprechers an. Das ist ein Stereotyp, der seit dem zweiten Weltkrieg hierzulande tief verborgene Ängste, Ressentiments und Ablehnung hervorruft. Das sollten Sie bedenken, bevor Sie das nächste mal ihre Giftspritzen gen Süden richten.

Alles Gute und nicht zu fest ins Fettnäpfchen treten,

Ihr bestens unterhaltener Nasse Magnussen

)

MERCI Monsieur Pelli également pour votre intervention sur radio cité l’autre matin. Le terme « voyou » est plus que mérité pour Steinbrück.

Le conseiller national Thomas Müller de St. Gallen est allé un peu plus loin, mais c’est compréhensible, car il vient d’un coin de la Suisse où l’attitude arrogante de certains allemands est très mal ressentie. Dans toute cette partie, autour du lac de Constance (Bodensee) les habitants ont bien plus soufferts pendant la dernière guerre mondiale que dans d’autres coins de la Suisse. En plus les allemands ont toujours été très présents les week-ends dans les villes frontalières pour faire leur course et leur attitude en groupe n’est pas toujours la plus sympathique.

Il est aussi vrai que la langue même, le « Hochdeutsch » a une sonorité bien plus perçante que le suisse allemand qui comporte une certaine lourdeur, ou même une lourdeur certaine. Et pour cela même le citoyen allemand passe pour un personnage plus présomptueux et plus hautain, même si au fond de lui-même il ne l’est peut-être pas, en tout cas pas toujours.

Si beaucoup de suisse allemands n’aiment pas parler le « Hochdeutsch » l’histoire du dernier siècle y est certainement pour beaucoup. Bien que ces derniers temps il me semblait les choses étaient de nouveau en train de changer. Il est primordial que les suisses maîtrisent le « Hochdeutsch » pour pouvoir être aussi tranchant ou coupant (« scharf ») que les allemands dans les différentes négociations. Beaucoup de choses passent par le langage et également l’accent.

Ce dernier est souvent négligé et pourtant un bon accent fait partie d’une bonne maîtrise de la langue.

12/01/2009

LA BULGARIE ET LA ROUMANIE, PAYS DE L'AVENIR

La Bulgarie et la Roumanie, des pays de l’avenir !

L’extension de la libre circulation à la Bulgarie et la Roumanie fait visiblement peur à beaucoup de gens. Dans un climat de crise les craintes de perdre son travail et de le voir confié à un travailleur immigré augmentent encore, ce qui est tout à fait compréhensible.

Même si la Suisse privilégie, pour le moment je dirais d’ailleurs avec raison, les voies bilatérales, il est à mon avis incohérent de vouloir exclure des pays comme la Bulgarie et la Roumanie de la libre circulation, de « l’espace européen », car ce sont des pays européens comme la Tchéquie, la Hongrie, la Pologne même s’ils ont vécu pendant des décennies sous le joug de l’URSS .

Je connais assez bien certains pays de l’est, la Russie y compris, et à chaque fois quand j’y retourne, je suis impressionnée par le développement extraordinaire qu’on peut y rencontrer, et cela dans  tous les domaines, hôtellerie, offres culturelles, parc immobilier etc.

Ces gens qui ont vécu trop longtemps dans des systèmes dictatoriaux de gauche n’ont qu’une seule envie : avancer, travailler pour que leurs enfants connaîtront un meilleur avenir, pour qu’il y ait une grande liberté d’entreprendre, pour enfin respirer librement et ne pas dépendre d'une puissance dictatoriale.

Ces pays vont donc également défendre des intérêts des petits pays, pour que l'Europe ne soit pas exclusivement l'affaire de la France et de l'Allemagne et peut-être de l'Angleterre.

Je pense que ces deux pays peuvent également nous apporter des tas de richesses. Si certaines entreprises vont engager des travailleurs bulgares ou roumains, je ne crois guère qu’ils vont s’éterniser chez nous. Ce sont des gens, qui après avoir acquis un certain « know how » vont retourner chez eux et collaborer au développement économique de leurs pays.Et dans ces pays il y a des perspectives énormes, probablement plus que chez nous.

Et pourquoi nos jeunes n’iraient-ils pas se frotter de temps à autre aux conditions de travail dans ces anciens pays du bloc soviétique, faire connaissance avec une jeunesse qui en veut, qui a des ambitions, qui est volontaire, pour qui tout ne tombe pas du ciel.

Leur inventivité m’a toujours frappée, leur goût pour l’esthétique, quand je pense à Prague, ville restaurée de la façon la plus exquise déjà il y a des années.

Au lieu d’aller faire des séjours aux USA, en Australie, ou dieu sait où, en dehors de l’apprentissage de la langue biensûr, pourquoi ne pas faire un séjour de plusieurs mois dans un des ces pays de l’est ?

Des échanges à tous les niveaux seront possibles, économiques et culturelles et qui profiteront également à notre jeunesse et notre avenir.

20/11/2008

LE TA ANNULE ET REPORTE LE VOTE SUR LE CO

VOTE  SUR LE CO ANNULE ET REPORTE PAR LE TA

AUCUNE EXCUSE DE LA PART DES RESPONSABLES !

 

Le TA a donné raison aux recourants  REEL et ARLE au sujet de la page 18 de la brochure de votation « l’essentiel en bref » qu’ils ont estimé tronquée et truffée de contrevérités.

Mardi  18 novembre vers 19h Ch. Beer se trouvait dans l’émission de P.Décaillet pour un face à face avec  Y. Scheller de REEL dans le but de débattre sur l’avenir du CO genevois.

Suite à la décision du TA d’annuler et de reporter le vote qui est tombé en fin d’après-midi,  parmi les les invités de P. Décaillet  se trouvaient entre autres également M. Fischer, président  et Jean Romain porte-parole de l’Arle.

LE  sourire affiché et suffisant de M. Ch. Beer à la fin de cette émission  dit long sur l’estime et le mépris que ce conseiller d’Etat porte envers les tribunaux et les électeurs !

Un « je prends acte de la décision du TA » prononça-t-il. Sans aucun regret, pas du tout affecté, sans la moindre petite gêne, sans même un semblant d’excuse. RIEN ! Non pire, il maintient que le page 18 ne contient que des vérités et parle d’un problème de « mise en page ».  Comment peut-il, un SOCIALISTE qui prétend défendre le peuple, et  qui  avec cette page a essayé de tromper  (sciemment ou pas ) le peuple ! Il avait relu le texte, a-t-il encore affirmé.

Mais il  OSE attaquer Y. Scheller de REEL, en lui lançant : « tout d’un coup vous semblez vous soucier des élèves ». C’est tout de même le comble. Comment Ch. Beer a-t-il  investi l’argent du contribuable dans le DIP ? Avant tout dans une administration coûteuse, avec les directeurs de l’école primaire en classe 24, les conseils d’établissement à venir avec votation (payé par qui ???)  et les administrateurs dans certains CO dont personne ne parle vraiment….car les directeurs n’arriveraient pas à gérer le tout ?

Quelques personnes ont trouvé la réaction du président de l ‘Arle et de Jean Romain trop aggressive. Auraient-ils dû afficher le même sourire que Ch. Beer ? Jouer à ce jeu de certains hommes politiques qui vous sourient tout en vous détestant ? L’Arle n’est pas un mouvement politique. Les membres n’ont rien à perdre, et surtout pas des élections à perdre. Ils défendent une cause, des convictions, ils se battent pour une école de qualité, pour une école dans laquelle tous les élèves trouvent une place, avec en vue des études courtes ou longues. Ils mettent de leur temps,   beaucoup de temps, de leur argent et ils s’investissent depuis des années. Le peuple les a soutenus à plus de 75% lors des votations sur les notes, ce qui fut déjà une gifle pour Ch. Beer à l’époque. Et ce même conseiller d’Etat continue à croire que tout est permis.

Un autre socialiste, le président du CE M. Moutinot  n’a pas non plus  des regrets. NON, NON, au contraire. Le TA a jugé, mais "c’est moi qui aie raison" croit-on entendre après la conférence de presse du 19 novembre.

Tout cela est un vrai cauchemar ! 

Espérons que les genevois s’en souviendront l’année prochaine.

 

 

 

 

15/11/2008

IN 134: MATERIEL DE VOTE ET RECOURS AU TA

IN 134 :  RECOURS AU TA

 

Les initiants de l’IN 134 REEL et ARLE ont déposé un recours au TA !

Ils estiment,  certainement avec raison, que « l’essentiel en bref » de la page 18 du matériel de vote, qui devrait être d’après le titre un résumé objectif,  est totalement tronqué contenant des contre-vérités et des arguments fallacieux s’alignant sur toute la page, sans scrupule.

Le conseil d’Etat est responsable de ce « super-résumé ». Les élèves n’obtiendraient pas plus que « 1 » pour cette prestation avec le commentaire suivant : vous donnez votre opinion au lieu de rester factuel. Le conseil d’Etat  se croit visiblement au-dessus de toutes les lois ! Certains politiciens genevois  penseraient-ils  appartenir  à une caste supérieure pouvant se permettre tout, absolument tout ?!

Depuis un certain temps l’exécutif du canton de Genève fait preuve d’une arrogance insupportable, en particulier au DIP. Le procédé ci-dessus n’est que le dernier exemple de toute une série :

1)      1) Les mesures d’accompagnement  obligatoires de 2007 inscrites dans le règlement de l’école primaire pour les élèves qui passent par dérogation d’un degré à l’autre n’existent toujours pas dans tous les établissements (règlement mis sur pied après les votations en 2006 sur la réintroduction des notes)  

2)      2) 93 directeurs ont été nommés à l'école primaire dans la classe 24 sans aucune base légale

3)      3) La prochaine mise sur pied de conseils d’établissement dans toutes les écoles à Genève avec des élections  pour lesquelles le DIP aurait voulu utiliser les structures du bureau de votation cantonal , ce que ce dernier aurait refusé. (Apparemment le DIP n’aurait pas de budget prévu pour cette « super démonstration démocratique »,  ce qui est très inquiétant et qui fait craindre le pire.)

Nous ne devons  pas accepter qu’en politique tout soit permis. La Suisse avec Genève, n’en déplaise à certaines personnes,  sont un Etat de droit. Si nos lois sont bafouées notre démocratie est en danger. Rien que pour cela ce recours est d’une importance capitale !

Remarque : Je peux comprendre  que beaucoup de mes concitoyens aient capitulé devant tant de manipulation et ne se rendent donc plus aux urnes.