23/07/2009

LA JUSTICE ET LES ECOLES

 

LA COLLABORATION ENTRE LA JUSTICE ET LES ECOLES EST NECESSAIRE !

 

 

Suite aux agressions intolérables, particulièrement odieuses et gratuites des 3 écoliers Zurichois à Munich envers plusieurs adultes, dont un handicapé physique, l’association VSLZH (l’association des enseignants de Zurich) ne comprend pas pourquoi la justice des mineurs, les autorités de tutelle, la police et les autres instances ne transmettent pas les informations concernant le comportement problématique de jeunes « de manière spontanée et non bureaucratique » aux écoles.

Cette association rappelle que les directeurs et personnel enseignant sont tenus par la confidentialité.

 

Il me semble évident qu’une bonne et très étroite collaboration dès le moindre dérapage quant à des actes irresponsables de la part de jeunes gens entre les différentes instances est indispensable. On doit pouvoir les cadrer et les suivre de très près sans tarder, en leur imposant des sanctions adaptées et en utilisant tous les moyens de prévention à disposition pour essayer d’éviter au mieux la mise en danger d’autrui et d’eux-mêmes.

 

Dans le cas des trois élèves zurichois, si l’école avait été au courant, elle aurait certainement pris des mesures pour encadrer différemment ces jeunes gens lors du voyage à Munich, ou alors elle aurait pu décider de les exclure.

 

Tous les arguments comme quoi il faudrait éviter la transmission de données aux écoles et à d’autres instances en cas d’actes de violence de toutes sortes commis par des jeunes pour ne pas "les stigmatiser et corrompre leur avenir"  me semblent dangereux pour la société.

 

Et pour éviter de plus en plus de drames humains toutes les instances doivent collaborer le plus étroitement possible et ceci dans une parfaite transparence.

 

 

 

 

 

 

 

 

15/03/2009

L'ECOLE A L'EXPO "ZIZI SEXUEL"

INTRUSION INACCEPTABLE DU DIP DANS LA SPHERE FAMILIALE !

Tous les élèves entre 10 et 12 ans vont visiter dans le cadre de l’école l’exposition « ZIZI SEXUEL »

Le DIP a décidé d’amener tous les enfants de 5èmeet 6ème primaire et 7ème du CO à l’exposition « ZIZI SEXUEL » pendant les heures scolaires.

Au CO les demi-journées ont déjà été retenues, avec des bus TPG réservés qui transporteront tous les élèves de 7ème à Palexpo, donc tout est en place.

Dans le communiqué de presse du DIP on peut lire qu’il faut entre autre « décomplexer » notre jeunesse. (voir http://www.ge.ch/dip/GestionContenu/detail.asp?mod=breve....

Quand on observe l’habillement très provocant de certaines jeunes filles dans nos écoles, quand on sait que des élèves de pratiquement tout âge ne se gênent pas de regarder des images pornographiques sur leurs téléphones portables, il est surprenant que le DIP trouve nécessaire de « décomplexer » encore un peu plus cette jeunesse !

Cette exposition est soutenue par des psychologues, les mêmes ( ?) qui décident de la libération de délinquants sexuels, comme dans l’affaire Lucie !?

Les parents n’ont à ce jour reçu aucune information au sujet de cette exposition qu’on peut trouver choquante, et leur accord n’est même pas demandé.

Le DIP a décidé de ce qui est bon pour l’enfant, comment il faut aborder les questions au sujet de l’amour et de la sexualité. C’est intolérable !

Il est absolument inadmissible que l’école s’immisce dans la sphère la plus intime des familles. Ce n’est pas à l’Etat de décider comment il faut aborder les questions de l’amour et de la sexualité.

SI cette exposition est intéressante et instructive pour ces jeunes enfants, c’est aux parents de le décider. C’est aux parents d’accompagner leurs enfants à cette exposition s’ils le souhaitent !

A Paris cette exposition a suscité beaucoup de réactions auprès de certains parents.

Ci-après quelques extraits d’une lettre de la part de SOS EDUCATION en France à ce sujet :

Cher ami,

Des centaines de milliers d'écoliers s'apprêtent à aller

visiter l'exposition « Zizi sexuel », qui a ouvert ses portes

le 28 octobre 2007 à la Cité des Sciences à Paris.

Selon les psychologues organisateurs, il a été décidé de

« cibler la tranche des 9-14 ans car c'est à cet âge-là (...)

que les ados sont taraudés par le sexe. » (Le Parisien,

25 octobre 2007)…..

Dans cette exposition, les enfants sont invités à appuyer sur

une pédale pour provoquer l’érection, puis l’éjaculation d’un

mannequin.

Ils doivent manier la langue de deux marionnettes grandeur

nature pour apprendre à « se rouler une pelle ».

On les fait se coucher sur le lit d'une chambre conjugale

pour découvrir « l'univers de l'amour ».

Dans une salle où il est interdit aux adultes d’entrer, on

leur fait mettre des écouteurs pour entendre des propos sur

la masturbation et l'homosexualité que je vous laisse

imaginer.

Je m'arrête car, en me relisant, je m'aperçois que vous

risquez de ne pas me croire. Ce qui arrive dépasse

l'imagination……

…..Des seins de femme à la place

des yeux, un sexe d’homme sur la

tête, voilà comment est représenté

Titeuf, le héros, à l’exposition

“Zizi sexuel” de la Cité

des sciences……..

ZEP/GLÉNAT

C'est pour ça que je vous envoie des pétitions à signer

et à renvoyer au siège de l'association, 8 rue Jean-Marie

Jégo, 75013 Paris.

Bien entendu, la plupart des médias ont applaudi cette

exposition si « novatrice », qui fait « enfin découvrir aux

enfants le sexe sans tabou » (Le Parisien du 25 octobre

2007).

Si nous ne trouvons rien à redire à ça, que faudra-t-il

pour que nous réagissions ? Que les professeurs notent nos

enfants en classe sur la mise en pratique de ce qu'ils ont vu

à l'exposition ? Qu'on leur montre des films pornographiques

en maternelle ?

………

P.-S. : pour plus d'informations sur l'exposition « Zizi

sexuel » à la Cité des sciences à Paris, vous pouvez vous rendre

sur le site suivant :

http://www.republique-des-lettres.fr/10126-titeuf.php

Ou sur le Internet officiel dont l'adresse est la suivante :

http://www.cite-sciences.fr/francais/ala_cite/expositions/zizi-sexuel/

Vous pourrez entre autres constater de vos propres yeux que

cette lettre n'invente rien.

12/01/2009

LA BULGARIE ET LA ROUMANIE, PAYS DE L'AVENIR

La Bulgarie et la Roumanie, des pays de l’avenir !

L’extension de la libre circulation à la Bulgarie et la Roumanie fait visiblement peur à beaucoup de gens. Dans un climat de crise les craintes de perdre son travail et de le voir confié à un travailleur immigré augmentent encore, ce qui est tout à fait compréhensible.

Même si la Suisse privilégie, pour le moment je dirais d’ailleurs avec raison, les voies bilatérales, il est à mon avis incohérent de vouloir exclure des pays comme la Bulgarie et la Roumanie de la libre circulation, de « l’espace européen », car ce sont des pays européens comme la Tchéquie, la Hongrie, la Pologne même s’ils ont vécu pendant des décennies sous le joug de l’URSS .

Je connais assez bien certains pays de l’est, la Russie y compris, et à chaque fois quand j’y retourne, je suis impressionnée par le développement extraordinaire qu’on peut y rencontrer, et cela dans  tous les domaines, hôtellerie, offres culturelles, parc immobilier etc.

Ces gens qui ont vécu trop longtemps dans des systèmes dictatoriaux de gauche n’ont qu’une seule envie : avancer, travailler pour que leurs enfants connaîtront un meilleur avenir, pour qu’il y ait une grande liberté d’entreprendre, pour enfin respirer librement et ne pas dépendre d'une puissance dictatoriale.

Ces pays vont donc également défendre des intérêts des petits pays, pour que l'Europe ne soit pas exclusivement l'affaire de la France et de l'Allemagne et peut-être de l'Angleterre.

Je pense que ces deux pays peuvent également nous apporter des tas de richesses. Si certaines entreprises vont engager des travailleurs bulgares ou roumains, je ne crois guère qu’ils vont s’éterniser chez nous. Ce sont des gens, qui après avoir acquis un certain « know how » vont retourner chez eux et collaborer au développement économique de leurs pays.Et dans ces pays il y a des perspectives énormes, probablement plus que chez nous.

Et pourquoi nos jeunes n’iraient-ils pas se frotter de temps à autre aux conditions de travail dans ces anciens pays du bloc soviétique, faire connaissance avec une jeunesse qui en veut, qui a des ambitions, qui est volontaire, pour qui tout ne tombe pas du ciel.

Leur inventivité m’a toujours frappée, leur goût pour l’esthétique, quand je pense à Prague, ville restaurée de la façon la plus exquise déjà il y a des années.

Au lieu d’aller faire des séjours aux USA, en Australie, ou dieu sait où, en dehors de l’apprentissage de la langue biensûr, pourquoi ne pas faire un séjour de plusieurs mois dans un des ces pays de l’est ?

Des échanges à tous les niveaux seront possibles, économiques et culturelles et qui profiteront également à notre jeunesse et notre avenir.

04/12/2008

QUE FAIRE POUR L'ECOLE GENEVOISE

QUE FAIRE pour que les jeunes GENEVOIS DEVIENNENT « SUISSO-COMPATIBLES » AU NIVEAU SCOLAIRE ?

L’étude Pisa est assez éloquente. Le système hétérogène est clairement à abolir. Les cantons dans lesquels les classes sont les plus homogènes obtiennent les meilleurs résultats. (cf. Schaffhouse)

Différentes cultures coexistent également dans ces cantons. Pas seulement à Genève.

Les lamentations sont terminées, passons aux actes.

 

Voici quelques remèdes pour le CO :

1)      Abolir les classes hétérogènes. Création de classes les plus homogènes possibles pour que l’enseignant puisse adapter ses cours à ses jeunes en fonction de leur aptitude. Il faut donc  réintroduire la pédagogie explicite, structurée et accessible pour que même les élèves les moins scolaires puissent en bénéficier un maximum.

2)      Les sciences et les mathématiques doivent être dotées de plus d’heures.

3)      Les manuels de type socio-constructivistes doivent être remplacés au moins pour les élèves moyens et les plus faibles.

4)      Il faut établir une hiérarchisation des sanctions clairement définie dans tous les établissements. Sans autorité pas d’école valable.

5)      Les barèmes des épreuves cantonales doivent être préétablis (pour que la direction générale ne puisse plus tricher en simplement décidant que 2 tiers des élèves genevois doivent avoir la moyenne et donc établir le barème en fonction) pour qu’on ait une bonne vision de l’ensemble des résultats des écoliers genevois.

6)      Dans les classes avec les élèves les moins scolaires il faut qu’il y ait le moins d’intervenants possibles, pour cadrer ces jeunes et les entourer correctement

7)      L’équipe médico-psycho-social n’intervient qu’à l’extérieur du bâtiment (trop d’élèves profitent de leur présence pour s’échapper des cours et aller discuter) et les élèves rencontrant des difficultés ne doivent pas être considérés comme des malades. Nous ne devons pas former des assistés.

8)      Les enseignants doivent être formés dans une HEP, car c’est avant tout une formation professionnelle qui est nécessaire, et non pas une formation théorique.

Cette liste n’est certes pas exhaustive, mais nous n’avons plus de temps à perdre ! Trop d’élèves ont déjà été sacrifiés au nom d’une idéologie malsaine. La mission première de l’école n’est pas de socialiser, mais de transmettre des connaissances et des bases solides. Il est malhonnête de faire croire à notre jeunesse que tout est toujours possible à tout moment ! 

Un peu de bon sens, simplement !