26/01/2009

LE DIP A LA POINTE DU PROGRES

Le coût des conseils d’établissements à l’école primaireUNE BAGATELLE ?

 

Les conseils d’établissement seront bientôt en fonction, les élections ont lieu le 27-28 février, « ils vont améliorer le fonctionnement de l’école primaire, renforcer les liens entre les communes, les parents, les élèves, les enseignants et les directions de l’école primaire ». Plus de démocratie grâce à M. Ch. Beer, nous dit en gros le communiqué de presse du DIP du 21 janvier 2009.

Comme d’habitude le DIP genevois se montre à la pointe du progrès. On aura enfin une structure qui améliorera le fonctionnement de l’école primaire !

Vous y croyez, vous  Mesdames et Messieurs les contribuables ?

Et jusqu’à présent, comment cela se passait ? Sans ses fumeux, pardon, fameux conseils d’établissements ?

Les parents étaient représentés par l’association des parents d’élèves qui avaient des contacts réguliers avec les instituteurs, les inspecteurs et les communes.

Les représentants des communes ont depuis toujours eu des contacts réguliers avec les enseignants, les parents et les inspecteurs.

Et voilà que M. Beer formalise ces échanges, avec des élections qui sont dans certains établissements tacites, puisqu’il n’y a pas assez d’intéressés .

Cette opération aura évidemment un coût, mais au moins on ne prétend pas qu'il s’agit d’une "opération blanche", comme pour les 93 directeurs, vous vous rappelez ?

- Chf. 90'000.- environ pour les élections (tous les trois ans)

- Chf. 4000.- alloué à chaque établissement du primaire (il y en a 91) pour le fonctionnement

Pour l’année 2009 cela représente donc environ Chf. 450'000.--.

Si on regarde le budget du DIP, on constate que les dépenses générales pour l’école primaire augmentent de Chf. 650'000.—par rapport au budget 2008, c’est-à-dire de 10%.

L’année prochaine il y aura les conseils d’établissement dans les cycles d’orientation et les collèges du PO. On peut donc aisément prévoir une dépense autour du million pour ce nouveau concept.

J’avoue que je suis plus que sceptique, plutôt du genre scandalisée. N’a-t-on vraiment pas d’autres priorités au DIP ?

On aurait pu utiliser cet argent d'une façon bien plus intelligente et bien plus utile pour notre jeunesse !

J'y reviendrai dans un prochain billet.