03/12/2008

PISA ET GENEVE

PISA CONFIRME CE QUE NOUS SAVONS DEPUIS TROP LONGTEMPS

L’école genevoise publique est déficiente.  Le constat est clair.

Mais comment en est-on arrivé là ?

Avec toutes les méthodes déstructurées, le laxisme généralisé envers le travail et le comportement des élèves et le désintérêt de beaucoup de parents.

La pédagogie explicite a été abandonnée en faveur d’une espèce d’apprentissage du type « découverte ».

L’élève découvre lui-même la règle, et il la saura. Plus besoin de mémorisation. Plus besoin d’apprendre vraiment, plus besoin de travailler. Plus besoin de passer du temps à recopier un vocabulaire, plus besoin de se concentrer, plus besoin de faire des exercices répétitifs car ennuyeux… non, non…. Tout cela ce sont des « tempi passati » ! Vive l’école CLUB MED !

C’est ce que le nouveau monde de la pédagogie a voulu faire croire. Et trop de politiques, enseignants et soi-disant intellectuels ou plutôt idéologues, sociologues, pédagogos etc. y ont cru et y croient encore.

Et puis, le comportement des élèves laisse de plus en plus à désirer. Beaucoup ne font plus leurs devoirs, oublient leurs affaires, ne font que bavarder pendant les cours. Certains parents ne contrôlent plus rien.

Et les sanctions ?

 Les enseignants sont devenus de plus en plus laxistes car ils ne sont plus soutenus par la direction et cette dernière  n’est plus non plus soutenue par la direction générale et par le DIP.  Et certains  parents  protestent quand leurs bambins sont punis. « Oh, que c’est injuste ! » s’exclament-ils !

 Ben voilà, le résultat !

Et puis, les classes beaucoup trop hétérogènes dans lesquelles les quelques élèves désireux de travailler sont empêchés par les autres, ceux qui s’en fichent…. Mais à Genève il faut mélanger les meilleurs et les plus mauvais, car sinon on exclut les cancres… alors « sauvons » les cancres et empêchons ceux qui en veulent d’avancer !

Ch. Beer fait en ce moment une tournée dans les écoles primaires et au PO pour parler entre autres de l’initiative 134 qui représente semble-t-il un danger….. voyez-vous cela ?????

 Car cette initiative veut recréer un vrai cadre avec des filières bien définies (comme elles existent dans certains cantons),  faire travailler les élèves  dans des regroupements les plus homogènes possibles,  et sanctionner également leur comportement ! Mais cela, c’est très mal vu à Genève, car dans cette ville, décidément, on préfère que l’école soit mauvaise et que tout le monde devienne « cancre ».

 

 

 

Commentaires

Charles Beer fait en ce moment une tournée ... d'adieux ?

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 03/12/2008

Je comprends la colère de Marion, qui enseigne au Cycle et qui voit tous les 3 ans son travail sanctionné de « plus mauvais de Suisse ».

Les raisons de cette catastrophe qui coûte très cher au contribuable genevois sont les effets de multiples causes. Mais parmi ces facteurs, les méthodes globales ou dites « par découvertes » ainsi que le laxisme généralisé sont sans doute au centre du problème.

Le cœur du système c’est la Fapse. C’est elle qui produit le venin pédagogo qu’elle distille ensuite au goutte à goutte et qui a fini par empoisonner tout le monde et par paralyser le système.

Les relais sont nombreux : ils passent par le chef du Département, les directions générales, les directions d’école, l’armada d’experts de tous poils, qui accréditent l’idée qu’il faut « mettre l’élève au centre », qu’il ne faut jamais sanctionner ni sélectionner pour orienter, et cela finit par déstructurer l’essentiel de la transmission des savoirs (pas des compétences, mais bien des savoirs). Depuis des années on a déboulonné l’institution, qui est à genoux. Et il faut être juste : ce n’est pas la faute du seul M. Beer.

Comment ne pas voir aujourd’hui que, bien que la population de Genève soit plus diversifiée que d’autres, ce sont justement les cantons qui ont le moins donné dans les farines pédagogos qui s’en tirent le mieux et qui obtiennent les meilleurs résultats ?

Il est temps de prendre le taureau par les cornes et de s’opposer au Contre-projet du Grand conseil. Ces sont ces mêmes partis laxistes qui ont mis en place le Cycle actuel et qui l’ont défendu ; ce sont eux, les mêmes, qui concoctent pour Mai 2009 ce Contre-projet qui est presque identique à ce qui est en vigueur aujourd’hui, et dont tous les parents constatent l’échec. Mais, c’est vrai, on va augmenter le personnel médio-psycho-légal ! Comme si les mauvais élèves étaient des enfants à soigner au lieu d’êtres des jeunes à cadrer.

Entre, nous, est-il bien raisonnable, au vu de la catastrophe qu’est devenu le Cycle d’orientation, de confier aux renards la garde du poulailler ?

Écrit par : Jean Romain | 03/12/2008

Ons né lé shanpion!

Écrit par : Jen Piagé | 03/12/2008

Les enseignants ne sont pas à blâmer dans tous ce gâchis car ils doivent se battre avec un outil qui n'est pas performant. Plutôt que d'essayer de réformer cet outil il faudrait au plus vite mettre en pratique le chèque éducation pour permettre à d'autres types d'écoles de devenir une vrai alternative pour les parents non-millionnaires et quand-même soucieux de l'avenir de leurs enfants.

Écrit par : Josef Loetscher | 03/12/2008

Les résultats de Genève à PISA 2006 sont le fruit de nombreuses années d'errance incontrôlées, cautionnées par MBG et Beer! La Rénovation en particulier qui a entraîné la pédagogie destructrice du socio-constructivisme et la disparition en conséquence de tous les moyens didactiques. En français :lecture globale, vocabulaire et ortho quasi abandonné, conjugaison réduite à une peau de chagrin et non entrainée. etc, En math : abandon de l’apprentissage des bases les plus élémentaires en faveur d’un enseignement qui repose essentiellement sur des mises en situations mathématiques que les élèves ne peuvent résoudre, faute de moyens évidemment... exercices répétitifs bannis au risque de passer pour un vieux dinosaure facho, sciences totalement délaissées....certains enseignants n'en faisaient, n’en font toujours pas du tout! Le naufrage annoncé est maintenant clairement visible!!!! Arle l'avait annoncé depuis sa création en 2002! Mais nos « responsables » sont restés sourds ! Le maintien des notes au primaire a été un premier pas. Pensez-y en mai prochain lors de la votation sur le CO et ne vous laissez plus manipuler par nos politiques comme ils ont tenté de le faire ce 30 novembre!

Écrit par : Duval André | 03/12/2008

Il n'y a pas mille façons de changer cet état de fait, il faut simplement ne plus laisser tant de libertés aux enseignants. Leur donner des programmes clairs et nets à respecter à la lettre. Ils n'ont guère besoin d'interpréter, de penser que c'est mieux autrement, que leur méthode est la meilleure, que c'est bon pour les enfants de vois plusieurs enseignements différents etc...
Avec de la rigueur et du travail, les connaissances des enfants (re)deviendra "normale".

Écrit par : salegueule | 03/12/2008

La seule solution sérait que le DIP verse aux parents ce qui lui coûte chaque éleve, de manière qu'ils peuvent envoyer ses enfants dans des institutions privées. Fini tous ses profiteurs du DIP, Directeurs, et instituteurs qu'ont 3 mois et demi de vacances annueles, avec un horaire hebdomadaire qui frole la moitié d'un employé dans le privé, et que dans l'école primaire sont trop souvent en balade. Quelques heures de plus par semaine de clase ne fatigueré pas les enfants, car en dehors de classe son cerveau travail aussi. Se sont les maîtres qui vivaient une vie de château. Comme dit salegueule de la rigueur et du tavail. Car il faut former les enfants par rapport à la vie qui les attend. Soit la competition permanente pour avoir une place de travail et la conserver. Tous ne seront pas de fonctionnaires, loin de là.

Écrit par : Diogenes | 03/12/2008

CHer Monsieur, comme je comprends votre colère... la mienne est également énorme. Mais voyez-vous, le grand problème c'est cette gauche de politiciens soutenue par une certaine droite qui a continuellement baissé les exigences dans les écoles parce qu'elle voudrait que tout le monde aille à l'uni (une belle perspective pour les parents qui ne connaissent pas la réalité, leurs futurs électeurs!!!) et qui a entrepris un lavage de cerveaux spécialement à la Fapse des futurs et jeunes enseignants, qui sont finalement souvent très mal formés, et qui n'arrivent plus à tenir une classe. Et puis on leur interdit d'enseigner avec une pédagogie explicite, figurez-vous qu'à un certain moment on a interdit aux enseignants d'allemand dans ce canton de traduire les mots de l'allemand en français...les élèves étaient sensés découvrir la signification tout seul ! GE, ce soi-disant haut lieu de la pédagogie est une HONTE POUR LA SUISSE ! Tout le DIP devrait être remplacé et restructuré et en effet il faudra augmenter le temps scolaire des élèves à l'école primaire! Mais il faudra également que les parents respectent les sanctions que les enseignants infligent aux élèves avec un mauvais comportement, l'autorité doit être restaurée ! Le laxisme a assez duré !

Écrit par : Marion Garcia Bedetti | 03/12/2008

@Diogenes:
"le DIP verse aux parents ce qui lui coûte chaque éleve, de manière qu'ils peuvent envoyer ses enfants dans des institutions privées"
Fausse solution. Les écoles privées deviendraient alors des entreprises subventionnées par l'Etat, qui devrait mettre en place un organisme de contrôle d'utilisation de la "subvention". (Sur le modèle du contrôle des EMS ?) Je ne crois pas que les écoles privées en voudraient.
D'autre part, elles devraient alors accepter tous les élèves, et là encore, je ne crois pas qu'elles le veuillent.

Quant à la vie de château des profs, avez-vous seulement une idée de ce qu'ils vivent, écartelés entre les exigences des parents/élèves consommateurs et de la hiérarchie toute puissante?. Si vous avez autour de vous un(e) ado de 15 ans, imaginez en avoir 25 devant vous à qui vous tenteriez d'enseigner une matière qui ne les branche pas (genre allemand, math ou sports) et dont les parents sont prêts à engager un avocat pour vous attaquer en justice à la première mauvaise note. Peut-être votre point de vue sera moins tranché.

La responsabilité de la FAPSE : pour que cette "accusation" se vérifie, encore faudrait-il que tous les profs genevois aient suivi une formation dans cette faculté et que les profs des autres cantons aient suivi une formation ailleurs pour une comparaison qui tienne la route.

Écrit par : Tatage | 03/12/2008

@Tatage,
Vous pensez réellement qu'il existe encore à Genève des classes avec 25 élèves?
Même une seule me surprendrait!

Écrit par : salegueule | 03/12/2008

Eh oui, Monsieur, au CO et au PO ! Mais ce n'est pas le nombre qui fait la différence, mais l'attitude des élèves, leur comportement, leur intérêt. Mais comme ils ont pris l'habitude à GE de réussir sans rien faire, ils peuvent se permettre tout ! Avec un 3 en allemand, un 3 en math et un 3 en français (= notes insuffisantes) vous pouvez aller (mais vous ne resterez pas, évidemment) au collège, car ces notes peuvent être compensées par des notes en alimentation, gym et art visuel. DOnc le DIP en fait se moque de ses élèves en leur faisant croire que tout est possible, puis il y a le réveil brutal ! ENcore un mensonge, non ?

Écrit par : Marion Garcia Bedetti | 03/12/2008

Tatage, vous me parlé des adolescents de 15 ans. Trop tard. C'est à la prémière enfantine qui doit commencer la formation et discipline scolaire. Rien d'entreprises subventionnées. Privées et c'est tout. Où les enseignants (es) seront moins negligés dans sa façon de s'habiller, raser, coiffé. On a marre de tous ses planqués bons parleurs. Un enseignant doit savoir affronter les parents. Autrement que le DIP, organise des cours d'un mois Chaque année pendant l'été où tous les profs. se formeron à diriger une classe de 25 éleves. Alors ils auront seulement 1 mois de vacances,tampis presque tous les citoyens ont un mois. Ou croyez vous que dans le privé diriger un chantier ou une atelier avec 30 ou 40 hommes ou femmes c'est de la tarte?

Écrit par : Diogenes | 03/12/2008

Tiens tiens…voilà que Charles Beer, sur le plateau de Genève à Chaud de ce soir, annonce angéliquement que « la Rénovation du primaire n’a pas été un grand pas en avant vers le progrès » !!!! De la part de celui qui a tant défendu cette trop fameuse Rénovation….très fort…l’hypocrisie n’a jamais tué personne. Manque pas d'air notre ministre! Mais mieux vaut tard que jamais….la politique permet tant de chose…. Tenez par exemple…de prétendre, dans la foulée, dans la même émission, que c’est lui qui, en 2003, a voulu la réintroduction des notes au primaire….et que dès lors, il l’a fait !!!! Mais c’est qu’on y croirait…Non, non, l’initiative de l’Arle c’était juste pour faire joli !

Écrit par : Duval André | 03/12/2008

"La Rénovation en particulier qui a entraîné la pédagogie destructrice du socio-constructivisme et la disparition en conséquence de tous les moyens didactiques."

Question naïve sans doute: que se passe-t-il si un enseignant refuse d'appliquer cette "pédagogie destructrice du socio-constructivisme"?

Va-t-il être sanctionner ou se faire renvoyer?

Écrit par : Johann | 04/12/2008

@Diogenes : depuis quand n'êtes-vous plus allé dans une école genevoise? La description que vous faites des enseignants et de leur réalité ne correspond pas à la réalité. C'est avec ce genre d'affirmations erronées faites par des parents à leurs enfants que le respect se perd. Si vous présentez les enseignants de cette manière à vos enfants, comment voulez-vous qu'ils aient la moindre envie de suivre les cours et comment voulez-vous qu'ils les respectent? Certains élèves (et leurs parents) jugent leurs profs nuls parce qu'ils n'ont pas de montres en or, pas de chaussures de sports et de téléphones portables dernier cri, de blousons de cuir et de voitures clinquantes. C'est aussi ça la réalité de l'école de 2008, peut-être bien éloignée de vos clichés datés.

On ne "dirige" pas une classe d'élèves comme un atelier ou une entreprise. L'enseignant et les parents ne doivent pas "s'affronter", mais dialoguer. Quand à la "discipline scolaire" en école enfantine, je n'ose imaginer ce à quoi vous faites allusion. Prônez-vous un retour de l'uniforme, du martinet, des classes au garde à vous, comme on n'en voit plus nulle part depuis au moins 50 ans, discipline qui serait imposée par des enseignants eux-aussi en uniformes? Les enfants et les familles ont changé, l'école aussi heureusement.

Écrit par : Tatage | 04/12/2008

En effet, les messages de Diogenes pue la haine de l'enseignant. Belle mentalité!

Écrit par : Johann | 04/12/2008

On connaissait les philosophes de bistrot, on découvre les pédagogues de blog...

Écrit par : Riro | 04/12/2008

Une chose est discuter entre adultes et autre chose est ce qu'ont parle avec nos enfants. Ce n'est pas la aine Messieurs, c'est un cri de mécontentement. Nul besoin de montre en or, mais ont est arrivé à un point ou la negligeance extreme des enseignants n'est pas la meilleure pour se faire respecter. Examinons les résultats rien de plus explicatif et meilleur preuve. L'entreprise privé fonctionne très bien et à la tête du modernisme et du dynamisme. (Les contremaitres ne ammenent pas ses ouvriers à la piscine a papoter deux jours après de une semaine de vacance scolaire) L'école c'est un catastrophe. J'oublié de vous dire, dans les chantiers, les ateliers, "sa bosse" 40 heures par semaine et non 22, et ils font 1 mois de vacances en été et 1 semaine en hiver. Il y a une hierarchie qu'est rëspecté, sinon c'est la porte. Posé vous la question une fois pourquoi des patrons ne veulent pas des appentis, que sont des enfants sortis de vôtre école. Vous de savait qui je suis, et si seulement j'était un enseignant ? Arrêter de plornicher, et troussé vous les manches, tous, Dépuis tout en haut jusqu'aux enseignants. Les enfants et les parents ne sont pas le coupables, ils sont les victimes de toutes ses galimatias que regne dans le DIP:

Écrit par : Diogènes | 04/12/2008

Bonne question Johann.
Les moyens didactiques qui ne correspondent pas à une pédagogie du type socio-constructiviste ont été supprimés. Dès lors, quelques enseignants (les plus expérimentés bien sûr) ont tenté tant bien que mal de ne pas sombrer dans ce type de pédagogie. C’est une des raisons qui nous a poussés à fonder l’Arle. Mais la pression est forte et les enseignants ont évidemment peur de ne pas suivre à la lettre toutes les directives du DIP.
Plus grave : Les jeunes enseignants sont formés (endoctrinés ?!) maintenant depuis plusieurs années dans ce sens et il sera dès lors très difficile d’échapper à cette dérive destructrice….à moins que les citoyens se réveillent et comprennent à quel point ils sont manipulés….la première réaction sera de ne pas se laisser duper le 17 mai prochain et de voter pour l’IN 134, un cycle qui oriente, si l’on ne veut pas d’un copier-coller du CO actuel proposé par le contre-projet issu des magouilles des politiciens.
P.S Il faudra tout prochainement que je vous parle des directives que les enseignants ont reçues pour rédiger les canets de leurs éèves....une perle!
De même de la réponse que le DIP a faite à certains ensignants qui ont osé dénoncer auprès du DIP les dysfonctionnements de la nouvelle organisation du primaire tant louée par Beer....

Écrit par : Duval André | 04/12/2008

Il y a deux problèmes dans l'enseignement à Genève:
1) l'enseignement lui-même dispensé avec des grilles horaires surchargées car mal ciblées. Un manque d'interdisciplinarité entre les matières, chacun enseigne sa spécialité comme aux XIXe siècle. Les temps changent et même très vite. On ne demande pas à l'école de "zapper" car elle doit rester un socle solide mais au moins de s'adapter à l'ère Internet. Pourquoi ne pas enseigner le français grâce au cours de théâtre, ou l'histoire avec celle de l'art ou de la philosophie ou encore la géographie, la musique avec les maths/statistiques, etc... soyons plus créatifs.
2) la question de l'autorité et de la discipline a disparu depuis fort longtemps. De nombreux enseignants s'en plaignent et peinent pour cette raison précise. Les bagarres, rackets, vente de haschich par les élèves eux-mêmes, les comportements agressifs, les jeux violents, les tenues vestimentaires inappropriées, arrivée en cours après avoir bu ou absorbé des substances illégales, emploi de natel avec images porno (déjà dans le primaire) sont légion. Il n'y a plus de tabous donc plus de limités et donc plus de punitions à mettre en place.

Il faut impérativement redonner un cadre bien limité à ce qui est toléré ou pas à l'école. Pour cela, Genève doit avoir un Chef de Département charismatique et refondre l'école pas à pas avec des procédés pédagogiques nouveaux,un recrutement adapté (plus d'hommes au primaire ou vice-versa), des normes disciplinaires acceptables pour tous, des processus d'apprentissage motivant et innovants. Les prochaines discussions électorales des candidats devront aller dans ce sens. La société genevois ne peut plus investir des sommes énormes pour des résultats médiocres qui font que beaucoup trop de jeunes finissent l'école obligatoire sans avoir acquis les bases minimales de l'écriture et de la lecture. Ils seront d'emblée pénalisés même si des passerelles existent pour rattraper les lacunes, comment feront-ils pour se motiver tous seuls dans leur coin? Nous ne pouvons pas laisser de côté des jeunes qui vont finir à l'aide sociale ou l'assurance chômage, c'est inacceptable pour tous et pour ceux qui prônent depuis des années "l'égalité des chances à l'école".

Écrit par : demain | 04/12/2008

MBG a massacré lînstruction publique et M. Beer l'a enterré..

Post Lux Tenebras

Écrit par : Post Lux Tenebras | 04/12/2008

"L'entreprise privé fonctionne très bien et à la tête du modernisme et du dynamisme."

Exemples: UBS et CS.

"Vous de savait qui je suis, et si seulement j'était un enseignant ?"

MDR! Vous, je suis sûr que vous êtes passé par l'école genevoise!

Et si on faisait passer le test pisa aux adultes?

Écrit par : Johann | 04/12/2008

"MBG a massacré lînstruction publique et M. Beer l'a enterré..

Post Lux Tenebras"

Et certaines personnes massacrent le latin.

Et hop, encore un qui est passé par l'école genevoise. La pêche est bonne ce soir.

Écrit par : Johann | 04/12/2008

"Bonne question Johann.
Les moyens didactiques qui ne correspondent pas à une pédagogie du type socio-constructiviste ont été supprimés. Dès lors, quelques enseignants (les plus expérimentés bien sûr) ont tenté tant bien que mal de ne pas sombrer dans ce type de pédagogie. C’est une des raisons qui nous a poussés à fonder l’Arle. Mais la pression est forte et les enseignants ont évidemment peur de ne pas suivre à la lettre toutes les directives du DIP."

Bien, mais quel est le sort réservé à ceux qui "résistent"? Sanctions? Risques de licenciements?

Question subsidiaire: y a-t-il eu une formation à la pédagogie socio-constructiviste?

Si je ne m'abuse, l'arle a été fondée sous MBG. Exact?

Écrit par : Johann | 04/12/2008

Il n'y a pas de licenciements, c'est la raison qui montre l'abondance d'incapables à l'école. Dommage j'ai ne pas était à la Sorbone, célàne m'empeche de reflexir.

Écrit par : Diogenes | 04/12/2008

MDR! ma parole vous vous attaqué à une faute de frappe?
Rappel: La Suisse est riche parce que l'entreprise privé exporte beaucoup, et avec cette richesse ont paie des fonctionnaires qui travaillent moins de la moitié que dans le privé.

Écrit par : Diogenes | 04/12/2008

Oh oui que je comprends la colère, et je la trouve parfaitement justifiée.
A vouloir un club Med, on a des jeunes adultes et adultes qui sont des assistés, ils ne savent plus se battre et combattre pour quelque chose qu'ils souhaitent. BOF A QUOI BON

On est dans le temps du BOF, mais ce n'est pas le BOF qui donnera un emploi.

Quand on voit la façon dont les jeunes et moins jeunes envoient des CV et des lettres de motivations Maman... Comment voulez-vous que des patrons les embauchent.
Alors on crée du chômage chez nos jeunes d'ici, et l'on va chercher ailleurs des jeunes qui sont plus performant. Merci NOS AUTORITES
inanna

Écrit par : Mariette | 04/12/2008

"Il n'y a pas de licenciements,"

C'est pas bien de mentir.

"Après Crédit suisse, c’est au tour d’ UBS d’annoncer des pertes consécutives aux subprimes. Plus de 11 milliards de francs au premier trimestre 2008 soit 7 milliards d’euros. Conséquence : le leader des banques suisses va procéder à des licenciements. Plus de 5000 dont 1500 en Suisse sont annoncés d’ici juin 2009. La moitié concernerait la banque d’investissement. C’est la deuxième vague de licenciements pour UBS."

"Zurich/Berne (AWP/ats) - Les associations représentant le personnel du Credit Suisse ont accueilli sans surprise l'annonce d'une coupe de 5300 emplois, dont 600-650 en Suisse, dans les effectifs mondiaux du no 2 bancaire helvétique. Elles appellent au plus grand nombre de reclassements internes."

-----

"A vouloir un club Med, on a des jeunes adultes et adultes qui sont des assistés, ils ne savent plus se battre et combattre pour quelque chose qu'ils souhaitent. BOF A QUOI BON"

L'Etat n'est chargé que de l'instruction. Pour l'éducation, adressez-vous aux parents.

Oui, au moins ces blogs servent à certaines personnes à vomir leur haine et à montrer leur inaptitude à comprendre des faits complexes.

Écrit par : Johann | 04/12/2008

L'arle a été fondée en 2001, sous MBG.
Mais le problème de l'école n'est pas une question de bonne droite contre méchante gauche, ou de méchante droite contre bonne gauche. C'est bien plus complexe que cela et les facteurs qui concordent pour détruire l'école proviennent aussi bien de la gauche que de la droite. J'ai déjà expliqué cela dans ma "Lettre ouverte à ceux qui croient encore en l'école". Mais ce que je n'avais pas vu à l'époque c'est la chose suivante : j'ai longtemps cru qu'il y avait deux écoles, mais il y en a trois.

En 40 ans, on est passé de l'école de la culture (celle que j'ai suivie), à l'école de la transmission de savoirs (celle où j'ai enseigné) et à l'école des compétences (celle de mes enfants).

Or l'école de la culture permettait de mettre en rapport les diverses disciplines, elle offrait l'opportunité de comprendre les choses de manière plus globale parce que ce sont les valeurs culturelles qui leur donnaient un liant. Mais par toute la gauche à la suite de 68, elle a été attaquée au motif qu'elle reproduisait des élites et que, sous des apparences républicaines, elle ne servait que les enfants de la bourgeoisie.

L'école de la transmission de connaissances, en gagnant en neutralité et en supprimant l'orientation culturelle, a fait perdre le lien entre les diverses connaissances. On a juxtaposé des disciplines sans hiérarchie entre elles. Et la droite l'a critiquée au motif qu'elle ne formait plus des jeunes capables d'être en phase avec le monde-qui-change-tout-le-temps.

Quant à l'école des compétences, elle a fait une croix sur le contenu. Elle axe son effort sur des savoir-faire vite transformés en recettes. Et elle satisfait les deux orientations politiques parce que elle ne présente pas de motif essentiel de chicane, mais toutes deux sont consternées en découvrant les résultats Pisa.

Pour dire les choses simplement : la gauche pense que le latin est élitiste, la droite qu'il est inutile, et toutes deux s'entendent pour le supprimer.

Écrit par : Jean Romain | 04/12/2008

Il falait lire il n'y pas de licenciuements de ceux qui sont nommés à l'éecole.
Lui dire à quelqun qui vomit sa haine équivaut à refleter sa mentalité même. Et au revoir j' m'arrête car votre niveau est très bas. Je ne vous ai encore insulté.

Écrit par : Diogenes | 05/12/2008

Pour Johann. Vous n'avez pas bien compris. J'ai dit que au DIP il n'y a pas de licenciements et c'est tout. Surtout ne me traitez pas de menteur. Actuelement dans ce moment même il y a des miliers d'employés et des ouvriers qui ont la peur au ventre de ce qui se passera en 2009, peur d'un licenciement, avec toutes les consequances que célà comporte. Dans le DIP toute le monde sait qu'il n'y aura pas de liceciements, malgré que vous formé mal, très mal les jeunes en les indicapant leur avenir, vous faites mal votre boulot. Je vous signale que je n'ai vomie pas de aine, je sait que je suis peut être moins intelligeant que vous?? Je sait ce qu'est que de former des apprentis, malgré qu'ils ne savaient diviser par 10 de mémoire, qu'il leur faut une calculette, après 9 ans d'école!!! Maleurheusement la meilleure réponse que vous meritez c'est que Geneve est la lanterne rouge de l'enseignement, ça c'est un fait, irrefutable. Quand ont forme des apprentis on est pret a affronter les parents sans avoir la trouille d'un avocat.

Écrit par : Diogenes | 05/12/2008

Post Tenebras Lux ou Post tenebras spero lucems. Moi en faissant appel au cynisme d'un bon Diogenes je ne croie pas que celui qui signe Post Lux Tenebras a assasiné le latin. Je croie qui joue avec les mots pour faire passer le message que Genève récule, qu'elle va de la lumière vers la Tenebra. Elémentaire mon chèr Watson.

Écrit par : Diogenes | 06/12/2008

@ Riro, vous avez parlé de Philosophes de bistro, de pédagodues du blog, arrêté, arrêté, SVP, en imitation de mon prédeceseur Diogenes, j'ai usé quelques loupiotes en cherchant des pédagogues à l'école, je n'ai trouvé que de bons parleurs et aussi d'excellents écrivants, des jolies phrases que dénonçent leur égo. La preuve par 9, ont est la lanterne rouge. Le resultat est cuissant,
même vergogneux. Il faudrait privatiser l'enseignement et celui qui n'est pas content que prenne sa pirogue pour remonter le Rhône vers la Finlande, selon avait dit Mr. Baud après les votations des notes cet pays sérait le paradis sur terre pour les enseignants. Mais ils sont tous là, avec nous, les DINDES qu'ont a voté pour les notes. J'aimerai que quel'un puisse m'éclairer d'un fait, après une semaine de vacances scolaires ont voie le mardi déjà des classes du primaire s'en vont à la piscine pendant les heures de classe et avec leurs profs. pour se baigner. Non pour prendre un cours de natation?

Écrit par : Diogenes | 06/12/2008

@ Tatage, Johann, Riro: Nul besoin de proner l'uniforme, vous vous placé devant une école de culture général, CO: ils sont tous en uniforme: basquets, doudune et surtout tous de pantalons de Cow-boy. Je ne dit pas de Jeans car c'est une marque.
Je vous dis et je vous répete les jeunes quand sortent de l'école après, ("9 ans ") c'est une enormité de temps!!! ils ne sont pas préparés, car le vie professionnelle est exigeante, en connaissances, discipline et sens des responsabilités. Ne vous caché pas en donnant la faute à eux mêmes ou aux parents, c'est trop facile. Vous travaillé peut d'heures, trop de vacances, en mettant les parents qui travaillaient en dificulté quand à la garde et surveillance des enfants. Les enfants étrangers apprennaient très rapidement le français, Souvenez vous au début des années 60 l'arrivée massive d'etrangers, il n'y a pas eu de problème, beaucoup de ses mêmes enfants ont fait des études universitaires. Et ceci malgré qu'a la maison parlaient leur langue maternelle. La note, sevère et juste, celle qui punit un éleve, c'est ce qui vont trouver après, et tout de suite, l'entreprise privé ne fait pas de philantropie. Bien sur qu'ont ne dirige de la même façon une entreprise privé que un classe d'école, si dans le privé ont faissait pareil c'est n'est pas la UBS. ou CS. C'est tout Geneve qui sérait paralisée. Il y en aurait des chômeurs! Ont ne peut plus se contenter des rustines, c'est carrement le boyeux qu'il faut changer. Et pourquoi ne pas payer les enseignants à la performence? Même dans le DIP il faudrait de vrais Directeurs, avec des pouvoirs et de devoirs, qui doivent rendre des comptes, sinon c'est la porte pour eux aussi.

Écrit par : Diogenes | 07/12/2008

Bien vu, Monsieur. Les directeur vont devoir évaluer les enseignanst du secondaire par tirage au sort..... rigolo... encore une genevoiserie... mais qu'on contrôle enfin nos directeurs, qui ne font pas leur boulot, tellement ils sont débordés, par je ne sais trop quoi, probablement la réunite genevoise.
Sachez que dans certains CO les enseignants ne sont pas du tout contrôlés,. plus personne ne rend des épreuves à la direction comme il y a 10 ans en arrière, pour contrôle. Car, l'équipe de direction est souvent composée de gens qui ne possèdent pas les cométences nécessaires, par exemple une doyenne responsable de l'enseignement de l'allemand qui ne parle pas cette langue et également responsable du lien avec le PO, mais elle n'a jamais vécu en SUisse ou à GE !!!!
Voilà la réalité, personne n'est responsable de rien !

Écrit par : Marion Garcia Bedetti | 07/12/2008

Bien vu, Monsieur. Les directeur vont devoir évaluer les enseignanst du secondaire par tirage au sort..... rigolo... encore une genevoiserie... mais qu'on contrôle enfin nos directeurs, qui ne font pas leur boulot, tellement ils sont débordés, par je ne sais trop quoi, probablement la réunite genevoise.
Sachez que dans certains CO les enseignants ne sont pas du tout contrôlés,. plus personne ne rend des épreuves à la direction comme il y a 10 ans en arrière, pour contrôle. Car, l'équipe de direction est souvent composée de gens qui ne possèdent pas les cométences nécessaires, par exemple une doyenne responsable de l'enseignement de l'allemand qui ne parle pas cette langue et également responsable du lien avec le PO, mais elle n'a jamais vécu en SUisse ou à GE !!!!
Voilà la réalité, personne n'est responsable de rien !

Écrit par : Marion Garcia Bedetti | 07/12/2008

@ T.J.R. Vous êtes où? Vous avez jetée l'éponge? J'attend toujours la réponse sur les promenades des enfants à patoger à la piscine. Vous ètes en " Fin de semaine prolongée, ou vous avez déjà commancée les vacances de fin d'année?

Écrit par : Diogènes | 09/12/2008

Bien vu Diogenes, pas mal pour une polémique inutile, mais tu "patoges" "profond". "Grââve"! Tous tes commentaires indiquent une méconnaissance des problèmes au DIP et surtout de ce qui se passe dans les écoles à GE, que ce soit au primaire ou au CO et PO. Pour le reste...
Finalement, pour être bref, tu devrais faire un stage d'enseignant au CO de BC! Tu en sortirais certainement , soit "lessivé", soit - si tu crois en ce que tu fais- muté au fin fond du Canton pour que ton temps de transport te serve à réfléchir sur "ton manque de collégialité". En sommes, ton stage te permettra de comprendre que d'une façcon ou d'une autre, par le jeu du DIP, tu ne pourras en aucune sorte être utile aux élèves! Arrête ta polémique et bats-toi pour que les jeunes puissent avoir un avenir qui aidera jeunes et vieux.

Écrit par : Lapino | 14/12/2008

@ Lapino. Votre réponse ne sent pas la reflexion loin de la vérité.Une anecdocte, vraie..Piscine du Lignon un mardi pendant les heures de cours!!! une clase de l'école primaire, elle oui elle patoge dans l'eau. Pas de cours de natation, non la detente aussi pour la maitresse, "c'est mon ignorance qui parle". Lors du départ nous nous trouvons dans le couloir où se trouvent les séche cheveux. Un des gamins s'amuse à tirer du fil éléctrique qui va de l'appareil à la prise. Mon amie lui dit: ne fait pas célà, tu risques de le casser ou bien de prendre une secouse éléctrique, du fond du couloir ont entend la maitresse qui dit: "De quoi je me melle" Je doit vous avoir que d'entendre comme la maitresse viennait de "dedouaner" cet enfant je rien compris, j'avoue et vous avez raison de ne connaitre rien à l'enseignement. Je suis incapable d'entrevoir les impenetrables mistères de La Pedagogie Moderne, donc cet laisser passer ainsi que cette baignade en lieu d'étudier dévait faire partie. Pardoné moi, je vous demande mil fois pardon. je suis un nul.

Écrit par : Diogenes | 15/12/2008

@ Lapino. Mais bien sur!! j'ai trouvé la réponse. La reussite de l'enseignement c'est indirectement proportionnel aux heures d'enseignement.

Écrit par : Diogenes | 16/12/2008

Les commentaires sont fermés.