20/11/2008

LE TA ANNULE ET REPORTE LE VOTE SUR LE CO

VOTE  SUR LE CO ANNULE ET REPORTE PAR LE TA

AUCUNE EXCUSE DE LA PART DES RESPONSABLES !

 

Le TA a donné raison aux recourants  REEL et ARLE au sujet de la page 18 de la brochure de votation « l’essentiel en bref » qu’ils ont estimé tronquée et truffée de contrevérités.

Mardi  18 novembre vers 19h Ch. Beer se trouvait dans l’émission de P.Décaillet pour un face à face avec  Y. Scheller de REEL dans le but de débattre sur l’avenir du CO genevois.

Suite à la décision du TA d’annuler et de reporter le vote qui est tombé en fin d’après-midi,  parmi les les invités de P. Décaillet  se trouvaient entre autres également M. Fischer, président  et Jean Romain porte-parole de l’Arle.

LE  sourire affiché et suffisant de M. Ch. Beer à la fin de cette émission  dit long sur l’estime et le mépris que ce conseiller d’Etat porte envers les tribunaux et les électeurs !

Un « je prends acte de la décision du TA » prononça-t-il. Sans aucun regret, pas du tout affecté, sans la moindre petite gêne, sans même un semblant d’excuse. RIEN ! Non pire, il maintient que le page 18 ne contient que des vérités et parle d’un problème de « mise en page ».  Comment peut-il, un SOCIALISTE qui prétend défendre le peuple, et  qui  avec cette page a essayé de tromper  (sciemment ou pas ) le peuple ! Il avait relu le texte, a-t-il encore affirmé.

Mais il  OSE attaquer Y. Scheller de REEL, en lui lançant : « tout d’un coup vous semblez vous soucier des élèves ». C’est tout de même le comble. Comment Ch. Beer a-t-il  investi l’argent du contribuable dans le DIP ? Avant tout dans une administration coûteuse, avec les directeurs de l’école primaire en classe 24, les conseils d’établissement à venir avec votation (payé par qui ???)  et les administrateurs dans certains CO dont personne ne parle vraiment….car les directeurs n’arriveraient pas à gérer le tout ?

Quelques personnes ont trouvé la réaction du président de l ‘Arle et de Jean Romain trop aggressive. Auraient-ils dû afficher le même sourire que Ch. Beer ? Jouer à ce jeu de certains hommes politiques qui vous sourient tout en vous détestant ? L’Arle n’est pas un mouvement politique. Les membres n’ont rien à perdre, et surtout pas des élections à perdre. Ils défendent une cause, des convictions, ils se battent pour une école de qualité, pour une école dans laquelle tous les élèves trouvent une place, avec en vue des études courtes ou longues. Ils mettent de leur temps,   beaucoup de temps, de leur argent et ils s’investissent depuis des années. Le peuple les a soutenus à plus de 75% lors des votations sur les notes, ce qui fut déjà une gifle pour Ch. Beer à l’époque. Et ce même conseiller d’Etat continue à croire que tout est permis.

Un autre socialiste, le président du CE M. Moutinot  n’a pas non plus  des regrets. NON, NON, au contraire. Le TA a jugé, mais "c’est moi qui aie raison" croit-on entendre après la conférence de presse du 19 novembre.

Tout cela est un vrai cauchemar ! 

Espérons que les genevois s’en souviendront l’année prochaine.

 

 

 

 

Commentaires

Ce qui m'a choqué c'est bien l'attitude arrogante et haineuse des représentants de ARLE et REEL. Les rictus haineux de MM Putallaz et Fischer face à M.Beer ont dévoilé un aspect bien inquiétant de ces soi disant pédagogues. Bien triste tout ça!

Écrit par : Toxo | 20/11/2008

Je pense que vous n'avez vraiment rien compris. "Essayer de tromper la population, la manipuler" cela doit être une affaire courante dans vos milieux...donc l'attitude arrogante de Ch. Beer vis-à-vis de toute une population ne vous choque pas. Eh ben bravo!Par contre des membres de l'Arle,affichant une certaine satisfaction par rapport à la décision du TA (avec des considérants qui sont accablants pour le CE)vous osez les critiquer. Et on s'étonne encore !

Écrit par : Marion Garcia Bedetti | 20/11/2008

"En l'espèce, le texte de présentation discuté, aussi schématique que péremptoire, dont la seule entrée en matière est le ton de ce qui va suivre en étant intitulée -Une initiative qui n'atteint pas sa cible-"

(...)

"Par la force des choses, cette prémisse a une signification, qui ne peut être comprise autrement que par la volonté du Conseil d'Etat d'influencer l'électeur"

(...)

"Le Conseil d'Etat a failli à son devoir d'information objective".

Extraits de l'Arrêt du Tribunal administratif du 18 novembre 2008

Écrit par : rita bichsel | 20/11/2008

Juste Rita.

Les considérants du Tribunal administratif excluent toute autre motivation du gouvernement genevois que la volonté de tromper l’électeur et de « vicier la formation de la volonté de l’électeur. »

Nous sommes en présence d’un acte scélérat et pas d’une erreur. Je ne vois pas bien pourquoi il faudrait respecter des gens responsables, imbus d’eux-mêmes, pleins de morgues qui ne respectent pas leur devoir d’information objective.

Écrit par : Jean Romain | 20/11/2008

Si ça avait été un UDC à avoir violé ainsi les lois qui régissent notre république, la population serait descendue dans la rue et nul au gouverenement ne serait venu en aide à une tel scélerat. Mais Beer est "socialiste", étiquette passe-partout, comme s'il suffisait à montrer patte blanche! C'est un fait à prendre aussi en considération dans cette scandaleuse bévue, qui n'est pas une simple erreur mais bel et bien un acte politique, d'autant plus grave qu'il est commis par un garant des lois en vigueur (et non pas un simle péquin)..

Écrit par : Micheline Pace | 21/11/2008

Bonjour Madame Garcia,
Bonjour à tous,

Il me semble que trois points sont déterminants dans cette affaire:

1) le gouvernement est le garant du respect de la Loi, il a failli
2) le gouvernement se doit d'être impartial dans sa communication, il a failli
3) le gouvernement ne peut pas abuser de sa position d'éditeur, il a failli

Ces trois axes de réflexion politique (toute considération sur le fond serait erronée) nous indiquent que l'exécutif a clairement et délibérément voulu d'une part tromper le Souverain et d'autre part influencer sa détermination avec de faux arguments.

Une telle situation n'est tout simplement pas tolérable dans notre système et l'argument développé par la députée socialiste Véronique PURRO selon lequel il ne s'agit que d'erreur de communication confine à l'obscurantisme et à l'autisme politique.

A ces fautes lourdes et particulièrement graves s'ajoutent l'insupportable arrogance du collège gouvernemental dans sa communication. Dire que l'on "prend acte" est d'une rare mufflerie et la démonstration des limites du système actuel.

Dans n'importe quelle démocratie, même moins large que la nôtre, à commencer par celle qui a cours le long de nos frontières, en pareille situation, le ministre pointerait déjà à l'ANPE.

En d'autres occasions j'ai déjà eu l'occasion de dire, et la faits m'ont donné raisons, le système est à ce point vérolé que les partis adverses viendront soutenir le fautif pour se sauver eux-mêmes.

C'est bien cette situation qui conduit à réclamer la démission de l'ensemble, quand bien même la faute n'est pas celle de tous car c'est le système qui le veut.

Nous avons fait campagne autour de l'initiative destitutive qui s'avère, une fois de plus l'arme démocratique qui manque au Peuple pour rester le Patron du système.

Cette nouvelle pantalonade démontre toute la pertinence de cette proposition et l'urgence de sa mise en application.

Le Groupe MCG-Changer Genève défendra cette proposition jusqu'au plénum, contre la majorité des constituants qui sont, majoritairement, issus des cantines concernées par la situation décriée par tous aujourd'hui.

C'est bien l'un des sujets qui nous passionneront au cours des 4 prochaines années!

Merci à l'ARLE et à REEL d'avoir oser mener le combat, il était non seulement juste mais il s'est avéré plus que fondé.

La démocraite est comme une plante verte, si elle n'est pas arrosée elle meurt. Il n'existe pas de meilleur engrais démocratique que la voix du Peuple et le respect intangible de sa volonté.

Patrick DIMIER
chef du groupe MCG
à la Constituante

Écrit par : Patrick Dimier | 21/11/2008

C'était étonnant, hier soir sur Léman Bleu de voir et d'entendre Purro prétendre que c'était qu'une erreur de mise en page ! Elle pleurait en expliquant que les initiants avaient, eux, 3 pages d'explicationss. Heureusement que le Conseil d'Etat n'en a pondu qu'une parce qu'alors qu'est ce que le TA aurait dit avec 3 pages d'idioties ! Bon, pour Purro, il faut lui pardonner car, si elle est en politique, c'est grace à sa famille ! Je pense qu'elle n'attache aucune importance au texte de TA, elle préfère les écrits du Che, prénom affublé à son rejeton ! Qui a dit, elle est stupide parce qu'elle est blonde ?

Écrit par : Octave Vairgebel | 21/11/2008

Qui ne dit mot, consent.
Le Parti Socialiste, n'osant pas critiquer (à l'instar de l'UDC) son élu, signifie clairement à la population qu'il (le parti) est d'accord avec la politique catastrophique menée par son élu.
Espérons qu'enfin, ... , la lumière céleste descend sur le parti, pour illuminer au moins un des responsables, sans quoi, en 2009, autrement dit demain, les socialistes risquent fort de ne plus se retrouver au gouvernement (Conseil d'État).

Et c'est tant mieux, pour la population et le contribuable tondu.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 21/11/2008

Le DIP a besoin d'un sacré coup de balai car entre le syndicaliste Beer et les principaux agitateurs du G8 (Deccaro, de Marcellus, etc) il y a comme un vers dans le fruit ! Il faut impérativement traité !

Écrit par : Octave Vairgebel | 21/11/2008

le conseil d'Etat est tellement bouché que même six Purro ne suffiraient pas à le déboucher!!

Écrit par : jules | 21/11/2008

Les commentaires sont fermés.