11/06/2008

Les directeurs de l'école primaire

Faire moins avec plus

 

Ils étaient 25 inspecteurs….. ils seront 93 directeurs pour superviser  nos écoles primaires genevoises. Presque 4 fois plus nombreux. Rendront-ils nos écoles plus efficaces, les enseignants plus performants et les élèves plus scolaires ?

Je ne pense guère que les genevois soient si naïfs pour croire à une telle efficacité. Une administration gonflée n’a encore jamais amélioré le fonctionnement d’une entreprise ou d’un établissement scolaire. Si les 25 inspecteurs ne suffisaient plus, on n’avait qu’à augmenter leur nombre.

Chaque directeur dirigera environ 32o élèves. Il y aura donc des directeurs qui dirigeront plusieurs établissements et dans ces écoles il n’y aura même plus un responsable sur place, puisque la fonction de maître principal disparaît.

Certains anciens inspecteurs sont devenus directeurs et tout ce beau monde touchera un salaire bien supérieur à celui des inspecteurs : classe 24 ! 6 classes de plus que les enseignants, pour quelles compétences en plus ?

« C’est une opération financière neutre », nous dit Ch.Beer. Il s’agit là d’une désinformation. Car si les prochains 2 ou 3 ans l’engagement des directeurs ne « coûtera » rien au contribuable en  plus, c’est bien parce qu’il y aura une diminution d’élèves à l’école primaire pour des raisons démographiques. Alors au lieu d’économiser ou d’utiliser l’argent sur le terrain, pour les élèves les plus défavorisés, on investit dans l’administration. S’agit-il peut-être d’un investissement idéologique ?

Bref, l’exemple type d’un projet socialiste est très "social", n’est-ce pas ?

Au niveau des coûts la surprise risque d’être grande dans quelques années. Car il est certain que les directeurs auront des adjoints et des secrétaires !  Que fait un directeur sans ses sous-fifres.  Alors combien de millions coûtera toute cette mascarade ?

Encore une observation : dans l’appel d’offres pour les directeurs il était exigée une formation universitaire ou équivalente et 5 années d’expérience dans l’enseignement. Aucune mention de la maîtrise d’une langue étrangère. Pour la Genève internationale c’est tout de même incroyable, et c’est encore plus étonnant quand on sait qu’en 2011 nos enfants devront étudier l’anglais en plus de l’allemand à l’école primaire.

Les cadres du DIP n’ont pas besoin de ces langues étrangères, mais nos enfants ne pourront réussir leur scolarité obligatoire sans elles. Curieux tout de même !

Un petit espoir  existe encore : Si les députés refusaient le projet de loi concernant ces directeurs ?   Que deviendraient alors ces directeurs ? Peut-être des inspecteurs !

Mesdames et Messieurs les députés, un peu de courage ! Ne vous laissez pas mener par le bout du nez !

09/06/2008

L'école primaire et ses directeurs

93  DIRECTEURS A L'ECOLE PRIMAIRE

Une décision à la « soviétique »
Ou la démocratie à la façon Charles Beer

Dans un communiqué de presse au mois d’avril on nous a annoncé la nomination de 93 directeurs en lieu et place des 25 inspecteurs à l’école primaire, ainsi que la disparition de la fonction des maîtres principaux ……

A l’ordre du jour du prochain Grand conseil (semaine du 9 juin) figure un projet de loi du Conseiller d’état en charge du DIP inscrivant dans la loi les directeurs à la place des inspecteurs.

Cette loi doit être votée par le Grand Conseil, mais les directeurs ont déjà été engagés….

Cherchez l’erreur ! Est-ce que les députés du GC se font mener par le bout du nez par le chef du DIP et ses « souffleurs »?

Etonnant tout de même.

Pour ma part je trouve cela outrageant.