06/09/2014

L'AMERICANISATION

L'AMERICANISATION !

 

La Russie est sortie d'un système de terreur en 1990 sans une guerre civile. dans le calme. Il faut beaucoup de temps pour instaurer une vraie démocratie, les mentalités doivent changer, lentement.

 

Les révolutions n'apportent jamais des progrès sans des grandes catastrophes humanitaires. Et encore....

 

Les USA poussent des jeunes à créer des révolutions dans les pays de l'est pour imposer dans le monde entier leur politique désastreuse. 

Si une révolution s'organise en Russie un bain de sang est assuré ! Et ensuite ?

 

REGARDEZ ET ECOUTEZ !

 

https://www.youtube.com/watch?v=VJBO_f2J-cQ

17/03/2014

L'Ukraine: une analyse pertinente par Eric Denécé du centre français sur la recherche du renseignement

Ci-joint le lien:

 

http://www.cf2r.org/fr/editorial-eric-denece-lst/ukraine-le-monde-a-envers.php

28/10/2012

LA FORMATION DES ENSEIGNANTS: LE SOCIO-CONSTRUCTIVISME EST INEFFICACE

Enfin, on commence à dénoncer des théories inefficaces !

A LIRE ABSOLUMENT :

 

http://www.lesobservateurs.ch/culture/les-dogmes-des-hep-...

28/02/2012

UN MERCREDI MATIN INDISPENSABLE

OUI au mercredi matin pour les 8-12 ans

 

Les arguments des opposants au mercredi matin, dans une brochure qui tourne actuellement notamment via leur messagerie professionnelle abusivement utilisée (!) sont un tissu d’erreurs et de mensonges. Prenons-les l’un après l’autre, et voyons de quoi il retourne

 

1. Genève applique déjà le PER avec l’horaire actuel.

C’est un mensonge ! L’anglais n’a pas encore été introduit. Et là où le PER a été partiellement introduit, en 1P, 2P et 5P à la rentrée 2011, c’est au détriment de la dotation horaire des disciplines artistiques.

 

2. Genève est dans la moyenne en temps d’enseignement

C’est un mensonge ! Sur l’ensemble de la scolarité obligatoire, Genève est le canton romand, avec le Jura, dont le temps d’enseignement est le plus faible. Le Jura vient d’annoncer qu’il augmentait ses heures et dépasse Genève. Genève est aussi le canton qui enseigne le moins d’heures pour les 8-12 ans.

 

3. Les heures du samedi ont été réparties sur 4 jours, l’horaire de l’écolier genevois a même légèrement augmenté

C’est un mensonge ! 1h45 d’enseignement par semaine a été perdue en 6P, 7P et 8P. A moins que les études soient toutes fausses et les comparaisons manipulées, la réalité est là.

 

4. Chaque canton organise son horaire, les Vaudois commencent à 8h30 et terminent à 15h30

C’est un mensonge ! Dans le canton de Vaud se sont les communes qui fixent les horaires, non pas le canton. Ainsi à Lausanne l’école s’achève à 15h40, à Yverdon à 15h35, à Vevey à 15h30. Pour obtenir une vision complète, il faut donner l’ensemble de l’horaire. Dès l’année prochaine les Vaudois iront l’équivalent de 18 semaines d’école en plus au primaire.

 

5. Deux tiers des élèves passent leur scolarité sans encombre

Les tests Pisa sont là pour démontrer que l’école genevoise va mal. Le PER renforce les exigences. Nous ne pouvons pas nous contenter constamment d’être en queue de peloton. Par ailleurs, les employeurs se plaignent de devoir recruter les candidats ne sachant pas calculer, ignorant les règles élémentaires de la rédaction, ne sachant pas lire couramment.

 

5. Les enseignants travaillent déjà le mercredi matin

Dans les autres cantons les enseignants enseignent 4 jours et demi par semaine et ils ont aussi des devoirs à corriger, des parents à rencontrer. Les enseignants genevois enseignent 154 jours par année, contre 171 dans les cantons de Vaud, Fribourg et Valais.

 

6. La loi augmentera les heures des petits en réduisant les temps d’accueil. Ce temps d’accueil est consacré aux élèves en difficulté

En 1P et 2P, il sera demandé d’arriver entre 8h et 8h30. Aujourd’hui 15% seulement des enfants arrivent après 8h30.

En 3P, il sera demandé aux enfants d’arriver à 8 h. Aujourd’hui 50% des enfants arrivent à 8h. 70% sont à l’école à 8h15, 85% à 8h30. C’est en 3P que la différence de temps d’enseignement entre Genève et les cantons romands est actuellement la plus marquée (20 périodes pour Genève, 22 à 27 pour les autres cantons).

De plus, les temps d’accueil ne sont pas fréquentés par les élèves en difficulté. Mais en fonction des horaires des parents. Quant au temps d’accueil l’après-midi, les modifications ne concernent pratiquement aucun enfant.

 

7. Les élèves entre 8 et 12 ans auront un horaire aussi chargé que ceux de 15 ans

Les élèves du primaire sont désavantagés car ils travaillent sur 4 jours. Au CO, en raison des passerelles beaucoup d’élèves ont 33 ou 34 périodes. Il est impossible de comparer le primaire et le CO. Au CO les élèves changent de professeurs, de discipline, de classe presque toutes les heures. Selon les jours ils peuvent avoir 8 périodes, le rythme est plus soutenu et les devoirs beaucoup plus nombreux.

 

8. Les heures de soutien en petits groupes n’augmenteront pas au contraire

C’est un mensonge encore : il y aura toujours autant d’enseignement en demi-groupes. Mais ils seront parfois déplacés vers d’autres disciplines. Si les professeurs de gymnastiques seront plus souvent seuls face à leurs élèves, il y aura davantage de demi groupes là où ils sont le plus utiles : en sciences et en langues.

 

9. Nous sommes d’accord pour ajouter 2 heures dans les 2 dernières années en fin de journée pour ajouter l’anglais

La SPG prétend ceci depuis quelques jours seulement. Il s’agit purement d’un argument de campagne.2 heures ne suffisent pas car les élèves doivent aussi améliorer leur français, les maths, l’allemand. C’est pourquoi il faut introduire, comme partout ailleurs, la semaine de 4 jours et demi.

 

10. Il faut laisser aux enfants des moments de jeu, pour leurs cours de musique

La semaine de 4 jours et demi est connue dans toute la Suisse, les enfants n’en souffrent pas. Les petits Genevois sont-ils en sucre ?

 

11. Les cours de musique ne pourront pas être déplacés

Le syndicat des enseignants de musique s’est retiré du comité référendaire suite aux travaux entrepris avec le DIP. Les milieux sportifs, à l’exception du Ski club Meinier, n’appellent pas à voter contre le mercredi matin. Ces milieux rejettent l’allongement des 4 jours d’école. Leurs activités ont lieu principalement en fin de journée.

 

12. Des parents, des responsables d’association sportives sont contre le mercredi matin

Aucune association faîtière sportive, culturelle, syndicale, de parents ne refuse le mercredi matin. Les référendaires ne sont pas soutenus.

 

13. Il existe des classes de 25, 26 voire 27 élèves…

Sur les 1653 classes au primaire, 20 sont fréquentées par 25 élèves et plus. Une seule classe compte 27 élèves, à Puplinge. L’enseignante est appuyée par une 2e enseignante ECSP. Parfois, il vaut mieux ajouter un élève à une classe plutôt que de ne pas accepter un enfant dans l’école de son quartier. La moyenne d’élève par classe est de 19,9 élèves.

 

14. Il existe des classes avec 3 degrés différents

C’est un mensonge ! Sur les 1653 classes, 1 classe est à 3 niveaux, à Saconnex-d’Arve. Cela permet de garder ouverte une classe dans ce petit village.

 

15. Il faut baisser le nombre d’élèves par classe, comme dans le REP

Les référendaires revendiquent 300 postes supplémentaires. Répartis sur 1653 classes ces 300 postes n’influeraient pas sensiblement le nombre d’élèves par classe et coûterait 40 millions de francs, sans compter les classes à construire à charge des communes.

 

Conclusion :

Le mercredi matin travaillé est une mesure qui s’inscrit dans la ligne directe du retour des notes, du refus des cycles bisannuels (l’ARLE en 2006). Certes, cela n’assurera pas de facto la mort du socioconstructivisme ni des méthodes nocives que notre école dispense aux élèves, mais il est un pas nécessaire.

Quant aux autres revendications des syndicats (plus d’encadrement, moins d’élèves par classe, plus d’argent…), rien n’empêche une fois le mercredi matin établi, de militer pour les obtenir !

Nous ne voulons plus une école du passé et dépassée !

 

Jean Romain

 

 

 

 

 

 

13/04/2011

CHENE-BOUGERIES ! Une commune bien gérée !

VOICI LA LETTRE  D'UN CONSEILLER MUNICIPAL DE CHENE-BOUGERIES !

UNE REPONSE AUX ATTAQUES INFONDEES CONTRE LE CA EN PLACE ET LES CANDIDATS AU CA !

Ah ! Chêne-Bougeries !

Que ne raconte-t-on en ces temps électoraux sur notre brave Commune de Chêne-Bougeries : « Cafouillage à Chêne-Bougeries » ! « Les habitants ne sont pas dupes » ! Que sais-je encore ? Les malheureux habitants sont noyés par les courriers divers et variés de nouveaux candidats au Conseil Administratif leur expliquant en détail combien leur commune a été mal gérée, tenue en otage par des êtres menteurs, aveugles, ignorants, qui, quatre années durant, ont jeté les deniers publics par les fenêtres, déshumanisés leur commune et j’en passe…

Curieusement, certains de ces candidats, au cours de ces quatre années, ont non seulement été des ténors fort en vue de notre Conseil Communal  mais ont de plus, (est-ce pensable ?) été à l’origine des sommes parfois démesurées dépensées pour des projets dits « écologiques » ou vouées à des études dont le seul but était de freiner le développement de la commune et de prouver leurs thèses obtuses et dogmatiques qui se révèleront chimériques. Ont-ils la mémoire qui flanche ? Ils devraient pourtant se souvenir que pratiquement tous les projets qu’ils déplorent aujourd’hui ont été votés à l’unanimité du Conseil Municipal, leur voix enthousiaste incluses. Je suis prêt à le leur prouver documents en main. Mais, de grâce, qu’ils arrêtent de raconter des balivernes, témoins de leur mauvaise foi !

Voyez-vous, pour ses détracteurs, Chêne-Bougeries présente un problème majeur : au cours des quatre dernières années, son Conseil Municipal a été à majorité Libérale et Radicale, un crime impardonnable aux yeux de certains, d’autant plus grave que c’est une commune bien gérée, aux comptes sains et transparents, aux crèches et aux écoles parmi les meilleures, aux lieux publics parmi les plus sûrs, où règne une activité sociale, culturelle et sportive trépidante, où les aînés sont respectés, qui offre des espaces verts enchanteurs,  et où, enfin, les impôts communaux sont parmi les plus bas du Canton. Alors, pour les ambitieux de pouvoir, aigris ou impatients, que faire sinon raconter des sornettes et inventer des contre-vérités? Il reste beaucoup de travail à faire sur notre commune en plein développement et seul un Conseil Administratif soudé qui travaille en harmonie sera capable de mener à bien nos beaux projets …quoiqu’en disent les affabulateurs.

 

Robert Naggar, Conseiller Municipal

4, chemin du Vieux Clos

1231 Conches

Tel : 022 346 8244

Natel : 079 355 3127

 

30/01/2011

L'INITIATIVE DE L'ARLE

 Pour une note de comportement à l’école obligatoire !

 

 

 

 En voici le texte que vous pouvez imprimer, signer et faire signer.

 

Merci à tous ceux qui prendront la peine de le faire.

 

IN Ares comportement 19 01 2011 A4.pdf

 

27/01/2011

LA NOTE DE COMPORTEMENT ARRIVE

La note de comportement renseignera enfin tous sur l'attitude d'en élève en classe, et ceci d'une façon transparente, car elle sera inscrite dans le bulletin scolaire!

INITIATIVE POPULAIRE CANTONALE

Pour une note de comportement à l’école obligatoire

Il est indispensable de faire respecter les règles à l’école, de valoriser la majorité des élèves qui s’y plient et de disposer de moyens dissuasifs pour les autres.

Il ne suffit pas de constater que des élèves perturbent et nuisent au climat scolaire par leur mauvais comportement. Offrons aux enseignants un moyen clair de mettre en évidence les attitudes positives des élèves par une évaluation chiffrée de leur comportement.

www.arle.ch

La loi sur l’instruction publique (LIP), du 6 novembre 1940 (C 1 10), est modifiée comme suit :

 

Article 5         Relations avec la famille (al. 3, 4 et 5, nouveaux)

3 Le comportement des élèves fait l’objet d’une évaluation continue. Elle est chiffrée de 1 à 6 pour toute l’école publique obligatoire genevoise dès la 3e année primaire.

4 Les parents sont informés régulièrement du comportement de leur enfant. La note de comportement est établie à chaque période de l’année scolaire. Elle figure sur le bulletin scolaire.

5 La note de comportement n’entre pas dans le calcul de la moyenne scolaire. Elle est déterminante lorsque les conditions de promotions ne sont pas remplies.

 

Article 2         Entrée en vigueur

Le Conseil d’Etat fixe la date d’entrée en vigueur de la présente loi.

 

Le retrait total ou partiel de l’initiative peut être décidé à la majorité des électrices et électeurs suivants :

Bruno Borsatti, 30, rue des Bossons, 1213 Onex – Nadine Béné,126, rte d’Hermance, 1245 Collonge-Bellerive - Roger Durand, 47, ch. des Hutins, 1232 Confignon - Marc Fischer, 7, rue Du-Bois-Melly, 1205 Genève - Fabiano Forte, 8, ch. des Cyprès, 1226 Thônex - Marion Garcia, 15, ch. J-F Dupuy, 1231 Conches - Jean-François Girardet, 37, ch. du Grand-Puits, 1217 Meyrin - Stéphanie Gurtler, 16, ch. du Cannelet, 1285 Athenaz - Bertrand Harsch, 14, ch. des Serres, 1234 Vessy – Arthur Jimenay, 24, Promenade des Champs-Fréchets, 1217 Meyrin - Philippe Jobin, 3D, rue de Moillebeau, 1209 Genève - Pierre Kunz, 2, ch. des Mouilleuses, 1287 Laconnex - Ariane Reverdin, 14, place du Bourg-de-Four, 1204 Genève - Jean Romain, 99, Vieux-Chemin de Bernex, 1233 Bernex - Ivan Slatkine, 59H, ch. des Mésanges, 1226 Thônex - Patrick Thullen, 438, rte du Mandement, 1283 Dardagny.

 

 

Alors que le monde enseignant réclame des moyens plus efficaces pour lutter contre l’explosion des incivilités à l’école, la note de comportement apporte une aide supplémentaire pour évaluer l’attitude des élèves :

-         La note de comportement ne remplace pas les commentaires, elle en fait une synthèse plus lisible par tous.

-         La note de comportement aide à créer un climat scolaire propice à l’étude et elle augmente ainsi les chances de tous. Le rapport PISA 2010 dit dans la synthèse : « Les établissements qui affichent un climat de discipline satisfaisant, des comportements positifs chez les enseignants et des relations positives entre élèves et enseignants tendent à être plus performants en compréhension de l’écrit. »

-         La note de comportement donne un repère à l’heure où tout le monde réclame des repères et surtout dans l’éducation.

-         La note de comportement est une mesure simple qui ne coûte rien aux contribuables.

Nous voulons en finir avec l’impunité. Notre initiative « pour une note de comportement à l’école obligatoire » propose donc un outil clair, uniformisé et compréhensible :

üClair comme seule une note peut l’être

üUniformisé, ce qui permet une vision globale de l’évolution du comportement

üCompréhensible par le maître, par l’élève, par les parents et par le monde professionnel

 

13/01/2011

NOTE DE COMPORTEMENT

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’ARLE lance une nouvelle initiative :

La note de comportement inscrite dans le bulletin scolaire !

Une école ne peut fonctionner correctement avec des élèves qui ne respectent pas les règles imposées.

Arrivées tardives, absences injustifiées, présence en classe sans le matériel nécessaire, interventions intempestives à tout moment sans se soucier des camarades, verbiage grossier  etc. sont des éléments inadmissibles et souvent  néfastes pour la réussite de l’élève .

La note de comportement renseignera donc les différents intéressés sur l’attitude de l’élève en classe avec la transparence nécessaire, puisqu’elle sera inscrite dans le bulletin scolaire !

Sur la base de cette note de comportement j’espère que le DIP osera enfin sanctionner les élèves perturbateurs, cette minorité d’élèves qui perturbe fortement les camarades dans leur apprentissage et qui pourrit la vie des enseignants.

Cette note doit être le premier pas vers une école où le laxisme n'est plus toléré!

 

Marion Garcia-Bedetti (membre comité d’initiative, le texte définitif sera bientôt sur le site de l'Arle: www.arle.ch)

 

Lire la suite

09/05/2010

QUEL PROBLEME ????

L’ECOLE LE MERCREDI MATIN…. QUEL PROBLEME ?

J’avoue que je ne comprends pas tout ce « tam-tam » qu’on fabrique autour du mercredi matin des élèves à l’école primaire.

Monsieur Baud de la SPG prétend que Genève se trouve dans la moyenne Suisse concernant les nombres d’heures enseignées à l’école primaire. Visiblement il pense que l’école primaire n’a pas besoin de plus d’heures. C’est un avis très discutable quand on connaît les résultats de nos enfants à l’étude Pisa. Et l’école primaire n’y est pas pour rien. Tout ce qui n’a pas été fait à l’école primaire ne peut être rattrapé au Cycle d’orientation même en augmentant la dotation horaire du secondaire I.

Mais soit.

Il convient tout de même de se poser une question:

Comment fera-t-on pour appliquer le nouveau plan d’étude romand ( PER) qui prévoit pour les deux langues étrangères enseignées à l’école primaire (allemand et anglais)  le niveau d’atteinte A1 en fin de 6ème primaire (d’après le portfolio européen des langues) ce qui correspond actuellement au niveau que les élèves doivent atteindre à la fin de la 7ème année du CO  ?

Enseignera-t-on un peu moins le français et les mathématiques ?  Ou réduira-t-on les activités artistiques pour laisser plus de temps à ces 2 langues étrangères ? Cela serait tout de même grave !

En dehors de ce problème je ne vois pas pourquoi une demi-journée d’école de plus pourrait poser des problèmes aux enfants. Le mercredi matin congé me semble plutôt défavorable au rythme scolaire .

J’appartiens à une génération qui allait à l’école en plus du mercredi matin également le samedi matin. Et comme beaucoup d’enfants je jouais d’un instrument et j’avais une activité sportive et artistique régulière en dehors des cours. Cela ne posait aucun problème.

Il semblerait que beaucoup de parents s’opposent à ce mercredi matin en plus et préféreraient rallonger les journées.  Et tout ceci parce que leurs habitudes seront chamboulées ?! Ne devraient-ils pas d’avantage  penser au bien de leurs enfants en termes d’acquisition de connaissances et de temps scolaire équilibré ?

Il vaut certainement mieux une matinée de plus à l’école que de rallonger les journées, et ceci pour des raisons évidentes.

 

 

02/05/2010

MAGIQUE

SPASIBO !

QUE DU BONHEUR avec l’ORCHESTRE SYMPHONIQUE D’ETAT DE RUSSIE

Vendredi soir au Victoria Hall Mark Gorenstein, et son orchestre, Kirill  Gerstein et Lionel Cottet nous ont transportés dans le monde de la musique russe avec un programme fabuleux, Tchaïkovski et Rachmaninov.

La plus belle musique du monde !

Leur dynamisme, leur jeu plein de tempérament, de douceur, de vigueur nous ont fait vivre un moment inoubliable et unique.

L’orchestre est venu en train, et a donc parcouru 2500km depuis Moscou pour être sûr de pouvoir jouer dans plusieurs villes de Suisse.  Ils n’ont pas voulu prendre le risque d’annuler leurs concerts suite aux problèmes du trafic aérien ces dernières semaines.

Quelle délicatesse !